Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
hiwarmoussiki
Description du blog :
Un forum d'échange d'idées et de discussions autour de la musique, principalement Algérienne.
Catégorie :
Blog Musique
Date de création :
02.04.2010
Dernière mise à jour :
04.12.2012

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Chaâbi (1)
· Gharnati (1)
· L'I.N.S.M (2)
· Les associations. (2)
· Les conservatoires en Algérie (2)
· LIBRE DEBAT (3)
· Malouf (10)
· Musique folklorique. (1)
· Musique moderne. (2)
· Rai (1)
· Sanaâ (2)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or hiwarmoussiki
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Le gharnati, musique andalouse de Tlemcen.
· transcription de la musique andalouse.
· Musique andalouse ; Musique savante
· Le conservatoire de Skikda.
· Débat musical.

· Connaître la çanaâ d'Alger.
· Le livre du Dr : Maya Saidani
· Transcription de la la musique andalouse.
· Le rap Algérien.
· Le chaâbi musique typiquement Algéroise.
· A propos du livre du Dr Maya Saidani:
· Communication sur une nouvelle approche pédagogique.
· livre du Dr Maya Saidani
· Article de Hichem Zoheir Achi.
· Rap ou hip hop, son histoire.

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· le luthier de Skikda Bahri Hamadi
· Association Ibn Elbaja Mostaghanem
· blog sur la musique andalouse
· Diapason de Skikda
· ecolomafid
· Ensemble Elanasser.
· le blog de andaloussi
· Le réseau de SHRIKY
· new diapason de Skikda
· Site groupe Yafil (adresse provisoir)


Statistiques 30 articles


Thèmes

aimer amis art article background blog cadre chez création divers éléments enfants

Derniers commentaires

cette article m'a intéressé, même s'il n'apporte pas de réponses aux questions que nous avons toujours posé, i
Par hiwarmoussiki, le 04.12.2012

le mouvement citoyen algérien en france le crime-la nuit noire- la journée la plus longue- le crime algéri e
Par CNI, le 03.10.2012

parti du renouveau algérien ??? ????? ??????? ??? bureau 22, rue joseph dijon 75018 – paris mohandb arache@
Par BARACHE MOHAND , le 16.05.2012

communique de presse mo hand barache candidat aux élections législatives algériennes de 2012 dans la
Par BARACHE, le 06.03.2012

bonsoir, mouats hafid dans votre discussion avec syrine benmoussa vous avez démontré indirectement que la tra
Par salah masmoudi, le 28.10.2011

Voir plus

RSS
Recherche
Recherche personnalisée

Chaâbi

Le chaâbi musique typiquement Algéroise.

Publié le 22/04/2010 à 10:42 par hiwarmoussiki

http://www.dailymotion.com/video/x4gwin_cha-hist_shortfilmsCe genre musical né dans la casbah, qui mêle instruments orientaux du classique arabo-andalou à d’autres venus d’Occident. Le chaâbi naît au début du XXe siècle au coeur de la casbah, à Alger. Chaâbi veut dire « populaire » en arabe. Ce genre national constitue le versant rugueux de la musique savante issue de la grande culture arabo-andalouse médiévale.

Les premiers musiciens de chaâbi sont des gens des campagnes venus peupler les villes. Beaucoup sont kabyles. Les maîtres de cet art relativement récent ont pour nom Cheikh Nador, puis Cheikh El Hadj Mohamed El Ankara et aussi Cheikh Hasnaoui (qui vient de mourir à l’île de la Réunion).

Après la vague d’immigration des Maghrébins, venus en France pour trouver du travail, le chaâbi gagne Paris via Marseille. Il se chante et se joue dans les bistrots des banlieues industrielles. Dahmane El Harrachi (1925-1980) - dont le fils Kamel (vingt-huit ans) est le ténor incontesté des années cinquante quand le chaâbi s’adresse en priorité aux Algériens loin de chez eux. Dahmane El Harrachi chante l’exil intérieur et l’exil extérieur, les difficultés de la vie quotidienne loin de la mère patrie, les tourments de l’amour, la nostalgie du bled.

El Harrachi, qui a quitté Alger pour s’installer en France en 1949, meurt dans un accident de la route. Le chaâbi, sans disparaître tout à fait, marque le pas. Dans les cafés de la ceinture parisienne, il résiste cependant et les amateurs prennent l’habitude de se retrouver le samedi soir à Montreuil.

L’explosion du raï lui porte ombrage, mais depuis quelques années, de jeunes gens reprennent le flambeau. Kamel El Harrachi, par exemple, est de ceux-là. Il est joueur de mandole. Né à Alger après l’indépendance, il réside en France depuis six ans.

Le chaâbi mêle les instruments orientaux du classique arabo-andalou à d’autres venus du classique occidental. On y trouve le derbouk (percussions) et le tambourin, mais aussi le mandole (sorte de grosse mandoline aux sonorités de guitare, munie de quatre cordes doubles en métal), le violon et bizarrement le banjo, sans oublier le piano. Alger est réputée pour ses pianistes et ses accordéonistes.

Les joueurs de chaâbi utilisent toujours leur violon à la verticale comme ils maniaient, jadis, le gimbri qui n’a plus court. Quant au mandole, il a remplacé l’oud, le luth moyen-oriental. Il n’est pas rare d’entendre aussi le piano à bretelles. En revanche, aucun instrument électrique n’est admis, hormis parfois le clavier (pour les quarts de ton), à l’inverse du raï, né à Oran.

Les chants du chaâbi, portés par l’idiome algérois ou berbère, se nourrissent de poésie ancienne mais aussi de textes originaux fiévreusement actuels. Avec, toujours en toile de fond, l’écho du patrimoine, la plainte ancestrale, le pays qui vous manque. Selon le musicien et joueur d’ukulélé Cyril Lefebvre, « les gens attaquent fort, s’expriment violemment, ce qui rapproche à certains égards le chaâbi du blues ». Le chaâbi va, à coup sûr, casser la baraque !

Résumé de l'article de l'Humanité par Muriel Steinmetz.

 

Voir ce reportage sur l'histoire du chaâbo avec ce lien:

 

 http://www.dailymotion.com/video/x4gwin_cha-hist_shortfilms